Certifications et brevets - Eska Handschuhe

Savoir-faire protégé. Qualité certifiée.
Tests indépendants. Seulement en Europe centrale.
Conception réussie. Brevetée.

TRY IT, WEAR IT, (G)LOVE IT.Experts en gants. Depuis 1912.

Une protection formidable pour les héros du quotidien. Certifiés et brevetés.

Les pompiers sont exposés à de nombreux dangers lors de leurs interventions. Les gants de pompiers doivent répondre à des normes imposées par la loi pour être autorisés à être utilisés dans les divers domaines d’intervention. Les gants de pompiers sont nécessaires aussi bien dans l’assistance technique que dans la lutte contre les incendies. Pour ces deux domaines d’application des propriétés différentes sont nécessaires. Les plus importantes sont la protection contre les coupures, les perforations, la chaleur et la protection contre les produits chimiques, le tout avec une sensibilité tactile optimale.

EN 659:2003 + A1:2008

Les exigences indispensables auxquelles doivent répondre les gants de pompiers en matière de lutte contre les incendies sont fixées par la norme EN 659. La norme EN 659 est un récapitulatif de plusieurs normes. La norme en vigueur jusqu’à aujourd’hui, EN 659:2003, a été remplacée par la norme EN 659:2003 + A1:2008. Concernant la résistance mécanique des gants de protection destinés aux pompiers (abrasion, coupure, déchirure et perforation), la norme DIN EN 659 se réfère à la norme DIN EN 388 et fixe les niveaux minimums. En ce qui concerne la résistance thermique, la norme EN 659 se réfère à la norme EN 407. Sont fixés ici les niveaux minimums requis pour le comportement au feu, la chaleur convective et la chaleur de contact.

 

D’autres critères concernent la chaleur de rayonnement, qui en fonction de l’incendie, peut être très forte. C’est pourquoi il est essentiel que non seulement le matériau de surface soit résistant au feu mais aussi la doublure. Lors de contact direct avec le feu, comme par exemple lors d’un embrasement généralisé éclair (EGE – Flash-over), cela peut conduire à un rétrécissement du gant. C’est pourquoi d’après la norme ISO 17493, le rétrécissement du matériau ne doit pas dépasser 5 % à 180°C.

Lors d’une intervention, le temps que met le pompier pour enlever les gants est également important. C’est pourquoi le temps doit être mesuré. On calcule le temps dont a besoin une personne test pour enlever et remettre une paire de gants de pompiers. Ces essais sont réalisés trois fois sur des gants secs et mouillés. Le temps moyen pour enlever une paire de gants, qu’ils soient secs ou mouillés, ne doit pas excéder 3 secondes.

 

EN 388:2016

Les gants qui répondent à la norme EN 388 protègent des blessures mécaniques telles que l’abrasion, les coupures, les perforations ou les déchirures. Vu que lors d’interventions d’assistance technique et de secours d’urgence des blessures de la main (par ex. coupures, écrasement, écorchures) peuvent survenir, les gants d’assistance technique sont assimilés à la catégorie des EPI (Equipements de Protection Individuelle). Sur tous nos gants d’assistance technique on trouve un code composé de 4 à 6 chiffres, voire de lettres sous le pictogramme „risques mécaniques“, On peut ainsi juger d’un seul coup d’oeil de l’efficacité d’un gant destiné à l’assistance technique.

Les niveaux de performances atteints en matière de résistance à l’abrasion, aux coupures, déchirures et perforations sont indiqués en chiffres (allant de 0 à 5, 4 et 5 étant les meilleures valeurs).

L’institut d’assurance allemand DGUV a défini une directive des exigences minimales pour les gants d’assistance technique selon la norme EN 388:2016. Les mesures sont 3 2 3 3 X, 3 X 3 3 B ou 3 2 3 3 B.

Des performances plus élevées sont à notre avis indispensables, tout particulièrement en matière de protection contre les coupures (niveau minimum exigé 2). Tous les gants d’assistance technique chez ESKA dépassent de loin les exigences minimales et atteignent un niveau de 4 voire de 5. Les pompiers ainsi que les services d’urgence sont ainsi parfaitement protégés grâce à nos gants.

Les développements continus dans les domaines des matériaux techniques – ce qu’on appelle les fibres haute performance – exigent d’adapter les normes. La norme en vigueur depuis 2003 (DIN EN 388:2003) a été actualisée pour devenir la norme DIN EN 388:2016, dans laquelle seul le point concernant la protection contre les coupures, capital  pour les pompiers, a été révisé et auquel une lettre (allant de A à F) a été ajoutée. Tests de coupes TDM selon ISO 13997.

EN 407:2004

Les gants de protection certifiés à la norme DIN EN 407 protègent l’utilisateur de la chaleur de contact, de la chaleur de rayonnement et des petits éclats de métaux fondus. A partir de 100°C apparaissent des risques thermiques et le pictogramme „chaleur et flamme“ identifie, à l’aide d’un chiffre (allant de 1 à 4 ; 4 étant la meilleure valeur) le type et le degré de la protection :

  • Comportement au feu
  • Chaleur de contact 100°C
  • Risques dus aux petits éclats de métaux fondus

AS/NZS 2161.6-2014 Normes Australiennes

SAI Global est un institut d’homologation australien / néo-zélandais, qui contrôle très sévèrement les équipements de protection individuelle. Les normes les plus importantes en Australie et en Nouvelle-Zélande en matière de gants de protection sont :

AS/NZS 2161.6:2003 (Type 1)

AS/NZS 2161.6:2014 (Type 3)

La norme australienne pour les gants de protection destinés aux pompiers est répartie en deux types différents (1 et 3) dont les exigences de performance diffèrent.

Nous fabriquons des gants pour les deux types. Les gants de protection selon le type 3 (AS/NZS 2161.6-2014) répondent aux exigences les plus sévères et sont utilisés dans la lutte contre les incendies. Quant aux gants certifiés selon le type 1 (AS/NZS 2161.6-2003) ils sont essentiellement conçus pour la lutte contre les incendies de brousse.

Les normes australiennes / néo-zélandaises exigent des valeurs extrêmement élevées. Ceci-dit, concernant la chaleur de rayonnement, les gants ESKA destinés aux pompiers australiens dépassent largement la valeur minimale exigée, voire même la doublent.

L’étanchéité à l’eau doit atteindre le niveau de performance 3. Par contre il n’existe aucune  directive concernant l’étanchéité au sang et aux virus. Grâce à l’utilisation des inserts CROSSTECH® de GORE-TEX, ESKA dépasse largement ces exigences.