Les 5 meilleurs conseils d’entraînement de Joachim Posanz et sa compétition la plus difficile - Eska Handschuhe
#Professional

Les 5 meilleurs conseils d’entraînement de Joachim Posanz et sa compétition la plus difficile

#Professional

Comment en es-tu arrivé à ce sport de sapeur-pompier unique en son genre?

Mon collègue et ami Thomas Ziaja (surnommé OPA) avait commencé ce sport spécial de sapeur-pompier avant moi. Il m’a convaincu de l’essayer moi aussi. J’ai tout de suite été « piqué » et c’est devenu ma grande passion !!

Quels sont tes 5 meilleurs conseils d’entraînement pour les compétitions ?

  1. Définissez des plages de temps fixespour l’entraînement dans l’organisation de votre semaine, en effet, seul un entraînement régulier est efficace.
  2. L’entraînement doit être composé de plusieurs modulesForce-Endurance-Technique-Endurancede force.
  3. La technique d’entraînementdoit être fortement axée sur la compétition. Essayez de simuler les éléments de la compétition.
  4. Entraîner son endurance de force par intervalles. Le plus efficace ici estl’intervalle Tabata(8x 20 secondes d’effort / 10 secondes de pause). Il existe une application à télécharger.
  5. Entraînez votre force mentale. C’est elle qui fera la différence en compétition sur les « BIG points » décisifs.

Quelle compétition a constitué pour toi le plus grand défi ?

Aujourd’hui comme hier, la TFA (Toughest Firefighter Alive) est la compétition sportive sapeur-pompier qui constitue le plus grand défi. On l’appelle également l’« Iron Man » des compétitions sportives sapeur-pompier.

Comment te prépares-tu aux compétitions ?

Mes conseils d’entraînement sont également mes propres principes de préparation ! Mon entraînement comprend 5 unités par semaine. En phase de préparation, je pousse régulièrement à deux unités par jour.

Important : forcer l’entraînement dès l’hiver ! Dans la dernière semaine avant la compétition, je ne fais plus qu’un entraînement « léger » et je révise les déroulements. La musculature doit pouvoir se régénérer.

Quel est ton équipement pendant les compétitions, quels sont tes principaux accessoires ?

On démarre dans ces compétitions, et c’est-ce qui les rend si particulières, avec un équipement complet d’intervention, appareil de protection respiratoire compris, et même en partie en portant le masque. Cela signifie qu’il faut compter un poids supplémentaire de 25 kg environ. Il est alors très important d’avoir un équipement fonctionnel. Tous les éléments de l’équipement de protection individuelle doivent être au top, en particulier les gants puisqu’ils « transmettent » ma force aux tâches imposées pendant la compétition !

Quelle a été ta compétition la plus dure ?

Ma compétition la plus dure a été la Toughest Firefighter Alive (TFA) 2010 pendant les championnats du monde en Corée du Sud. Pour nous Européens, les conditions climatiques étaient extrêmes avec 40 °C et 90% d’humidité de l’air. Mais ce n’était là qu’une des conditions extrêmes ! La compétition elle-même était elle aussi particulièrement « dure », en effet à la dernière des 4 stations (la 4ème station est toujours très très dure), nous avons dû monter 35 étages au lieu des 15 à 20 habituels !! Comme je l’ai déjà dit, toujours avec un appareil de protection respiratoire !! Mais j’ai été « récompensé » d’avoir enduré ces supplices pendant ce championnat du monde. Je suis devenu champion du monde pour la première fois et couronné « Sapeur-pompier le plus dur à cuire du monde ».

Quels sont tes conseils et astuces pour les athlètes passionnés de compétitions sportives sapeur-pompier ?

Renseignez-vous sur le « SPORT SAPEUR-POMPIER D’UN AUTRE GENRE » et essayez-le tout simplement. Vous allez découvrir un tout nouvel aspect de votre corps ! 😉

Cela vous motivera à vous entraîner régulièrement ce qui vous aidera également dans votre quotidien « normal » à la caserne. Pour de plus amples informations sur le sport sapeur-pompier d’un autre genre : http://tfa-cross.com

Depuis quand TfaXcross existe-t-il et quel succès ce sport sapeur-pompier rencontre-t-il jusqu’à maintenant ?

J’ai créé TfaXcross il y a 1 an et demi. Il s’agit d’une forme bien spécifique d’entraînement fonctionnel du corps entier et d’autre part une base d’entraînement  spéciale pour les compétitions. J’ai créé cet entraînement en m’inspirant de mes nombreuses années d’expérience de compétition. C’est pourquoi il s’appuie fortement sur l’activité des pompiers et sur notre sport. Par ailleurs, TfaXcross doit devenir le synonyme des différentes compétitions sportives sapeur-pompier (Toughest Firefighter Alive, Firefighter Combat Challenge, Europas Challenge, Firefighter Stairrun etc.) qui existent déjà. Un terme générique en quelque sorte.

Quels sont tes objectifs pour l’avenir ?

Mes objectifs… Dans tous les cas continuer de participer moi-même encore de très nombreuses années à ces compétitions et d’y être en tête. Au fil des années (cela fait 17 ans que je participe), on devient une sorte de « rocher » peut-être même un modèle sur cette scène de compétition. Je souhaite transmettre mon savoir et mon expérience aux générations suivantes dans tous les domaines – que ce soit l’organisation, la réalisation, les unités d’entraînement et bien sûr les compétitions elles-mêmes, pour que ce sport bien particulier continue de « grandir » en permanence et attire ainsi toujours plus de sapeurs-pompiers, hommes et femmes.